Formation du guide  

PASSEPORT de l’entrepreneuriat de RDÉÉ Canada

 

Bienvenue dans la section formation du guide PASSEPORT de l’entrepreneuriat du RDÉE Canada.

Ce projet est financé par IRCC (Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada).

Devenir entrepreneur

Lisez quelques conseils et certains pré-requis nécessaires pour devenir un entrepreneur au Canada.

L’étude de marché

Dans cette section nous allons aborder quelques conseils sur la réalisation de l’étude de marché.

Le plan d'affaires

Le plan d’affaires constitue une feuille de route essentielle qui vous permettra de clarifier votre projet et d’appuyer votre communication auprès des partenaires et des financiers.

Le choix de la forme d’entreprise

 Dans cette capsule nous allons voir ensemble les différentes  formes d’entreprise qui existent au Canada pour lancer son affaire.

Devenir entrepreneur

Dans cette première partie intitulée Devenir Entrepreneur,  nous allons aborder quelques conseils et certains prérequis nécessaires pour devenir un entrepreneur au Canada.

Devenir entrepreneur quand on est immigrant est pour beaucoup un grand défi mais aussi l’aboutissement d’un projet mûrement étudié. De nombreuses raisons poussent un immigrant à vouloir se lancer.

Certains étaient déjà des entrepreneurs aguerris dans leur pays  de provenance. L’entrepreneuriat leur permet alors de reprendre leur activité ou tout simplement de se lancer dans un nouveau projet . Pour d’autres, un projet en immigration est en soi une entreprise et cela a ouvert de nouveaux horizons dans leur esprit. Se lancer en affaires, leur donne une opportunité de continuer à se dépasser et tenter quelque chose de nouveau voire même de concrétiser une passion.

Enfin, pour de nombreux immigrants qui désirent s’intégrer économiquement et qui ne trouvent pas un emploi répondant à leurs exigences, l’entrepreneuriat leur permet de se tailler un emploi sur mesure et de contribuer à la croissance économique de leur nouveau pays.

Alors, choisir la voie de l’entrepreneuriat c’est surtout : 

  • Être le maître de sa réussite;
  • Gérer ses propres risques;
  • Bâtir son rêve et changer le monde; 
  • Offrir une approche innovante, créative et nouvelle à un problème ou un besoin.

Ne laissez personne vous convaincre que seule une minorité d’individus ont un profil pour se lancer en affaires ou que le fait d’être immigrant soit un désavantage. Être entrepreneur, c’est surtout un état d’esprit. Si vous avez la motivation et êtes prêt à relever les défis pour concrétiser votre projet, vous avez le profil pour démarrer votre affaire. Il est probable qu’en tant qu’entrepreneur immigrant, vous pourriez avoir quelques compétences spécifiques à acquérir, à adapter ou à renforcer pour mener à terme votre processus de lancement ou d’acquisition d’entreprise, mais cela ne doit pas vous bloquer ou vous mettre un frein pour sauter le pas. De nombreuses ressources existent au Canada pour vous accompagner et vous aider pour la création, l’achat ou la croissance d’une entreprise.

Pour mieux cerner votre personnalité, essayez d’identifier vos qualités et vos forces. Cela vous rassurera quant à vos habiletés personnelles pour mener à bien votre projet entrepreneurial.

Pour devenir entrepreneur, il vous faudra faire preuve d’autodiscipline, de curiosité, d’une capacité à se remettre en question, d’optimisme. Vous apprendrez à mesurer votre ténacité et votre résilience.

Être entrepreneur favorise la possibilité de faire parler sa créativité et apporter de l’innovation. 

Au-delà de l’aspect psychologique,  il y a aussi des aspects techniques et légaux que tout entrepreneur devra prendre en considération et maîtriser pour s’assurer le moins de difficultés pour le lancement de son entreprise et pendant son exploitation.

Alors pour réaliser votre rêve et avant même votre départ pour le Canada, assurez-vous de bien vous renseigner et de déterminer les points essentiels qui vous permettront de vous lancer dans votre projet. Chaque projet étant différent, certaines particularités doivent être analysées et prises en compte pour éviter de perdre du temps et de l’énergie. C’est aussi utile pour ne pas être confronté à certains désagréments qui auraient pu être anticipés.

Par exemple : 

  • Renseigner sur le statut légal pour devenir entrepreneur, les démarches pour la reconnaissance des diplômes, des métiers et des cartes de compétence;
  • Identifier les professions réglementées dans chaque province et territoire;
  • Comment obtenir certains permis et licences qui vous seront nécessaires pour démarrer et exploiter votre entreprise?
  • Qu’en est-il de la légalité de votre produit et service au Canada?

Il y a aussi la dimension financière qu’il ne faut surtout pas négliger.

Pensez à réunir toutes les informations pour accéder à un prêt.

Formez vous pour mieux saisir l’importance de l’historique de crédit et du score de crédit au Canada.

N’oubliez pas d’évaluer le coût de la vie dans sa globalité. Au démarrage beaucoup d’entrepreneurs se trouvent face à de nombreuses dépenses et les maîtriser c’est aussi prévenir de mauvaises surprises et quelques complications.

Pour mener à bien votre projet, n’oubliez pas de vous entourer et de demander du soutien. Tout le monde le sait, l’investissement personnel nécessite de garder la tête froide et d’avoir des reins solides. 

Enfin, en tant que francophone, il ne vous faudra surtout pas négliger l’anglais. Faites en sorte d’améliorer vos compétences en anglais avant votre départ et à votre arrivée au Canada. 

Voici donc les quelques prérequis que nous souhaitions vous partager si vous désirez vous lancer en affaires.

Vous souhaitez aller plus loin et réaliser un plan d’affaires. Les organismes provinciaux et territoriaux membres du RDÉE Canada peuvent vous aider tout au long de votre démarche. Vous pourrez aussi en apprendre davantage visitant cette page. 

Je vous invite maintenant à répondre à notre rapide questionnaire pour tester vos connaissances sur quelques prérequis nécessaires pour lancer votre entreprise, à la suite de cette capsule.

Étude de marché

L’étude de marché est l’une des bases fondamentales qui vous servira à bâtir votre projet entrepreneurial.  Le marché est l’espace où se trouvent vos clients potentiels ou actuels et dans lequel ils pourront acheter votre produit ou votre service.

L’étude de marché est la première étape qui favorisera votre compréhension du monde dans lequel vous allez évoluer pour développer votre affaire. D’ailleurs en tant qu’immigrant, il sera très important pour vous de vous investir personnellement dans cette étape et de ne pas déléguer cette tâche à une tierce personne.

Réaliser cette étude de marché, vous permettra non seulement d’observer la dynamique autour de votre projet mais aussi de vous imprégner de votre nouvelle culture et des habitudes des gens de votre nouveau pays d’accueil. Rien de tel donc pour vous familiariser avec vos futurs clients!

L’étude de marché est l’outil qui vous permettra d’obtenir toutes les informations précises et de réaliser une analyse concrète de façon qualitative mais aussi de façon quantitative sur différents aspects à ne pas négliger et que nous allons voir ensemble.

Une étude de marché débute avant la création de votre entreprise mais celle-ci pourra s’adapter au fur et à mesure que vos investigations du marché convoité évolueront.

C’est un outil de réflexion, de planification, de jugement et de prise de recul pour valider le potentiel de votre marché et adapter votre offre de produits ou de services. Ainsi, vous pourrez réunir tous  les éléments pertinents pour convaincre vos différents interlocuteurs.

L’étude de marché vous permettra par ailleurs, d’estomper de nombreux doutes et vous donnera l’opportunité de :

  • TESTER votre idée;
  • CONFIRMER vos hypothèses;
  • RÉORIENTER votre projet si nécessaire;
  • DÉVELOPPER vos stratégies marketing;
  • DÉTERMINER votre plan d’opération;
  • ÉTABLIR vos hypothèses de chiffre d’affaires.

 L’étude de marché doit également répondre prioritairement aux 4 interrogations suivantes :

  • Existe-t-il un marché pertinent pour votre produit ou votre service?
  • À qui sera destiné votre produit ou votre service?
  • Qui seront vos concurrents?
  • Quelle sera la part de marché que vous pourrez vous assurer une fois votre affaire lancée?

Nous venons à présent de survoler les principaux éléments qui constituent une étude de marché.

Vous souhaitez aller plus loin et réaliser une étude de marché? Les organismes provinciaux et territoriaux membres du RDÉE Canada peuvent vous aider tout au long de votre démarche. Vous pourrez aussi en apprendre davantage en allant consulter nos ressources en ligne. Cliquez ici. Je vous invite maintenant à répondre à notre rapide questionnaire pour tester vos connaissances sur l’étude de marché.

Plan d’affaires

Le plan d’affaires constitue une feuille de route essentielle qui vous permettra de clarifier votre projet et d’appuyer votre communication auprès des partenaires et des financiers.

Un plan d’affaires ne se concentre pas seulement sur des tableaux chiffrés et la gestion comptable du projet à développer. Le plan d’affaires devra montrer que vous maitrisez la technicité des produits ou services que vous souhaitez développer et la partie commerciale pour la vente de votre offre. Avant de vous lancer, gardez en tête que produire un plan d’affaires est avant tout un document pour vous même. Ce document devra d’abord vous convaincre vous  que votre projet correspond bien à la vision et à la trajectoire que vous aviez imaginé. En effet, il vous sera difficile de convaincre toutes les parties qui devront contribuer à votre projet si vous-même n’êtes pas en mesure de parler de celui-ci et vous projeter de façon professionnelle et précise.

À qui s’adresse ce plan d’affaires? De manière générale, celui-ci sera destiné à être partagé avec vos futurs employés, des investisseurs, et des partenaires… Mais aussi de façon plus large à tout votre entourage (famille, amis…).

Tout comme pour l’étude de marché, réaliser un plan d’affaires vous permettra en tant qu’entrepreneur immigrant de mieux vous familiariser avec les besoins de la clientèle et d’appréhender la culture d’affaires au Canada. Même si vous étiez un entrepreneur aguerri dans votre pays d’origine, certaines de vos habitudes ou manières de faire diffèrent d’un pays à l’autre.

Par exemple adapter vos habitudes de négociation; ou encore de communication,etc.

Gardez à l’esprit qu’aucun investisseur, aucune banque ne vous prendra au sérieux si vous ne fournissez pas ce document. C’est une étape certes chronophage mais vous vous apercevrez que toute cette énergie et ce travail seront indispensables pour la suite.

Mais plus concrètement, que doit contenir un plan d’affaires? Quels sont les principaux éléments à ne pas négliger pour rendre pertinent votre document?

De manière générale votre plan d’affaires devra réunir les points suivants :

  • le Segment de clientèle;
  • la proposition de valeur;
  • les canaux commerciaux envisagés;
  • la description de la Relation client que vous allez développer et entretenir;
  • les Flux de revenus;
  • les Activités clés;
  • les Ressources pour produire votre proposition de valeur;
  • les Partenaires clés;
  • et enfin la structure des coûts.

Essayons à présent d’aller un peu plus loin et d’approfondir ces éléments.

Un plan d’affaires commence toujours par un résumé du projet que l’on souhaite défendre.

Ce résumé doit être succinct, clair, et court.

L’étape suivante sera d’en dire davantage sur vous, sur votre situation, du contexte qui vous a poussé à vouloir vous investir dans ce projet.

Dans cette partie vous devez présenter non seulement vos compétences mais aussi vos motivations.

Souvent vous pourrez être amené à expliquer rapidement vos études, vos formations, vos expériences professionnelles, mais aussi votre situation familiale, l’état de votre patrimoine, ou parler de vos potentiels associés.

La partie suivante de votre plan d’affaires devra se concentrer sur le marché que vous visez pour commercialiser vos produits et services.

Vous devrez démontrer que vous connaissez votre marché, et plus exactement la part de marché que vous visez. Vous devrez aussi prouver que vous avez étudié la concurrence mais aussi la clientèle que vous souhaitez atteindre.

C’est en procédant à cette analyse que l’on sera en mesure de voir si une opportunité de marché existe. On pourra ainsi évaluer l’existence ou pas de potentiels clients prêts à débourser de l’argent pour s’offrir ce produit ou ce service.

Pour convaincre vos interlocuteurs et vos financiers, il vous faudra répondre à un certain nombre de questions avant de vous lancer dans votre argumentaire. Voici quelques exemples de questions auxquelles vous devrez apporter des réponses à travers votre document:

  • Quelle est la taille du marché que j’envisage de cibler ?
  • Est-ce que ce marché est local, provincial, Est-il national, ou encore mondial ?
  • Sur ce marché, existe-il une pénurie ou un excès d’offres ?
  • Est-ce que mon offre répond à un besoin sur ce marché?
  • Existe-t-il des offres similaires, pas assez, voire pas du tout?
  • Combien de clients puis-je envisager?
  • De nouveaux acteurs peuvent-ils apparaître à brève échéance ?
  • Est-ce que je vise une clientèle d’entreprises ou serai-je en relation directe avec un consommateur final ?
  • Est-ce que mon offre répond aux attentes du marché ?
  • Ai-je des concurrents ? Si oui ai-je à faire à une concurrence frontale ou pas?
  • Suis-je en mesure de me différencier par rapport à mes concurrents? Puis-je me positionner dans une niche?
  • De quels types de ressources physiques (matérielles) vais-je avoir besoin?
  • De quels types de ressources intellectuelles (informationnelles) tels que (brevet, droits d’auteur, etc.) seront nécessaires?
  • Ou encore de quel type de ressources humaines ou ressources financières aurai-je besoin? 

Donc vous l’avez bien compris! Vous devez poser les bonnes questions afin de rendre votre offre précise et justifier votre maîtrise du marché. 

L’autre étape majeure de votre plan d’affaires est la présentation de vos produits ou services.

Plus que présenter vous allez devoir décrire précisément votre offre.

Si vous envisagez de commercialiser un produit, vous pourrez par exemple parler de ses principales caractéristiques ou fonctions, mais aussi de sa composition. N’oubliez pas de mentionner si votre produit bénéficie d’une protection intellectuelle, des conditions de fabrication, la provenance.

Si votre projet est la commercialisation d’un service, vous dresserez un portrait pour décrire ce qui le définit et des avantages procurés. Essayez de préciser les conditions dans lesquelles il va se dérouler et quelles seront les différentes étapes de la production de ce service.

Une fois cette étape de votre plan d’affaires achevée, vous devrez vous attaquer à la partie qui va décrire votre stratégie commerciale et marketing.

Enfin, ce document permettra également de déterminer vos besoins en ressources humaines.

Vous êtes maintenant plus à l’aise avec les éléments que doit comprendre un plan d’affaires.

Vous souhaitez aller plus loin et réaliser un plan d’affaires. Les organismes provinciaux et territoriaux membres du RDÉE Canada peuvent vous aider tout au long de votre démarche. Vous pourrez aussi en apprendre davantage en allant consulter nos ressources en ligne sur notre site. Cliquez ici pour consulter les ressources sur le plan d’affaires.

Je vous invite maintenant à répondre à notre rapide questionnaire pour  tester vos connaissances sur le plan d’affaires à la suite de cette capsule.

Forme juridique d’entreprise

Dans cette partie nous allons voir ensemble les différentes  formes d’entreprise qui existent au Canada pour lancer son affaire.

Le choix que vous allez déterminer est important, nous vous conseillons de vous rapprocher de professionnels qui pourront vous guider. En effet, en tant qu’immigrant vous pourriez avoir l’impression que certaines dénominations de formes d’entreprise sont similaires à celles qui existent dans votre pays d’origine et où la langue française est présente. Ces ressemblances de termes pourraient vous jouer des tours si vous ne prenez pas le temps de la réflexion et de vous pencher dessus de façon sérieuse.

Différents éléments influeront votre choix de la forme juridique que vous allez sélectionner pour démarrer votre entreprise : 

  • le nombre de personnes concernées,
  • le caractère lucratif ou non de l’entreprise,
  • le chiffre d’affaires prévu,
  • les implications inhérentes à chacune des formes, etc. 

Une entreprise peut être une entreprise à but lucratif, une entreprise à but non lucratif ou une coopérative. Il est obligatoire d’exploiter votre entreprise sous une des formes juridiques disponibles en l’enregistrant ou en l’incorporant.

Au Canada, il existe 4 formes d’entreprises à votre disposition:

  • L’entreprise à propriétaire unique
  • La société en nom collectif
  • La société par actions
  • La coopérative

L’entreprise à propriétaire unique

Vous êtes l’unique propriétaire de l’entreprise;

Aucune distinction n’est faite entre vos biens personnels et ceux de l’entreprise. L’entrepreneur récupère l’ensemble des bénéfices mais il assumera de façon individuelle tous les risques. Le propriétaire peut en cas de faillite se voir saisir tous ses biens personnels et tous les actifs de l’entreprise.

Si vous optez pour cette forme d’entreprise sous un nom différent de votre prénom et votre nom de famille, vous devrez obligatoirement faire une déclaration d’immatriculation auprès du registraire des entreprises. Dans les pays francophones cette forme juridique s’apparente souvent au statut d’auto-entrepreneur.

La société en nom collectif

La société en nom collectif est un regroupement de personnes formées d’associés dans le but d’exercer une activité commune. Tout comme pour l’entreprise à propriétaire unique, il n’y a pas de séparation entre les partenaires et l’entreprise. Tous les associés sont responsables juridiquement. Tous les bénéfices et les dettes sont partagés entre les associés.

La société par actions

Cette forme est considérée comme une « personne morale » et possède son propre patrimoine.

Elle possède ses propres biens et contracte ses propres dettes. Elle peut intenter des poursuites et être poursuivie.

Les actionnaires assument un risque équivalant à leur mise de fonds dans l’entreprise

La société par actions permet une responsabilité limitée, mais aussi une propriété transférable et bénéficie d’un taux d’imposition d’entreprise plus favorable.

La coopérative

La coopérative a pour vocation d’avoir  un impact social. Elle se compose de sociétés ou de personnes qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels communs. La coopérative permet une responsabilité limitée. Elle peut être à but lucratif ou non lucratif et favorise un système de prise de décisions démocratique.

Vous souhaitez aller plus loin et obtenir des conseils sur la forme juridique pour lancer votre projet, les  organismes provinciaux et territoriaux membres du RDÉE Canada peuvent vous aider tout au long de votre démarche. Vous pourrez aussi en apprendre davantage en allant consulter  nos ressources. Cliquez ici pour consulter les ressources en ligne. 

Je vous invite maintenant à répondre à notre rapide questionnaire pour  tester vos connaissances sur les différentes formes juridiques  à la suite de cette capsule.